Skip to main content
European Commission logo
European Website on Integration

En décembre 2019, l’association Adage et le réseau d’acteurs « Les Bâtisseuses », en collaboration avec le Palais de la Femme, fondé par l’Armée du Salut, ont créé l’atelier chantier d’insertion (ACI) « Terre de Femmes ». Il s’agit d’un dispositif qui vise à former les femmes réfugiées à l’écoconstruction.

Chaque année 24 femmes réfugiées touchées par la grande précarité, n’ayant ni l’autonomie ni les compétences nécessaires pour accéder à l’emploi, sont accompagnées.

Project Goal

“Les Bâtisseuses” est un collectif d'acteurs engagés pour la valorisation de matériaux écologiques et locaux et la place des femmes dans l'acte de bâtir. Suite au constat du besoin de main d ’œuvre grandissant dans la filière “terre crue” en Ile-de-France, un projet a vu le jour pour proposer une solution d’insertion durable à un public fragile.

Ainsi, ce réseau d’acteurs et l’association Adage, en collaboration avec le Palais de la Femme, fondé par l’Armée du Salut, ont créé l’Atelier chantier d’insertion « Terre de Femmes », programme de formation réservé aux femmes réfugiées et/ou éloignées de l’emploi, et centré sur la thématique de l’écoconstruction.

Le choix de ce public est parti du constat que, dans plusieurs pays d’Afrique, ce sont les femmes qui sont en charge de la construction et de la décoration des habitations.

Les femmes réfugiées, plus encore que d’autres publics, peuvent rencontrer des difficultés dans leur recherche d’emploi. Elles font face à divers obstacles, notamment liés à la barrière de la langue, à la méconnaissance des codes socio-professionnels, auxquels s’ajoutent des contraintes familiales, notamment lorsqu’elles sont mères isolées. Elles peuvent aussi rencontrer plus de blocages comme des craintes liées à des expériences traumatiques passées, notamment des violences sexuelles, et le refus pour certaines de travailler avec des hommes.

L’objectif de cet Atelier Chantier d’insertion vise à former des femmes réfugiés à l’écoconstruction. Mais il vise d’abord à accompagner ces femmes vers l’autonomie, à leur permettre de reprendre confiance en elles afin qu’elles puissent ensuite mieux cerner les secteurs professionnels qui les intéressent.

How it works

Le plan de formation s’articule autour de deux cycles.

Le 1er cycle comporte deux volets, la formation générale et la formation technique. Le premier volet permet l’acquisition des savoirs de base et le développement d’aptitudes pour la communication, le travail en équipe, l’autonomie et la confiance en soi. La formation technique permet l’apprentissage du métier sur la thématique enduit naturel et terre cuite ». Les cours de français et de communication sont réalisés avec ADAGE et les temps de formation-métier avec Terre de Femmes.

Après ce premier cycle, dit « remobilisant », les femmes peuvent quitter le chantier pour se diriger vers un autre projet professionnel ou poursuivre la formation au cours d’un 2ème cycle dit « pré-qualifiant ».  Les femmes continuent alors à être formées sur les métiers de l’écoconstruction dans l’optique de préparer une reconnaissance professionnelle (ECVET) attenante aux métiers des enduits et peintures écologiques. Cette formation est rémunérée (CDDI - contrat à durée déterminée d'insertion, de 26 heures par semaine).

Results

Depuis la mise en place de cette formation, plusieurs femmes sont parvenues à construire leur projet professionnel et à s’insérer sur le marché de l’emploi. Le chantier d’insertion est un tremplin pour qu’elles se remobilisent. Certaines ont intégré des entreprises d’insertion dans le domaine de la peinture, et d’autres ont changé de domaine et sont parties dans une formation diplômante de coiffure, dans le domaine artistique ou encore travaillent dans les espaces verts.

Le collectif “Les Bâtisseuses” rassemble aujourd'hui une cinquantaine de membres engagés dans la valorisation des matériaux biosourcés qui ont misé sur un matériau phare: la terre crue.

Une conseillère en insertion professionnelle accompagne ces femmes tout au long de leur parcours au sein de l’ACI - atelier chantier d’insertion.

Evaluation

Le programme de formation est construit sous forme de modules permettant une progression dans l’apprentissage avec, notamment, une certification à chaque niveau. Cela permet à chaque femme d’évoluer selon ses capacités et à ne pas perdre ses acquis en cas d’interruption du cursus en cours de formation. La formation aboutit à une réalisation concrète qui permet de rendre visibles les acquis professionnels des femmes à l’issue du programme.

Promotion 2021 :

  • Taux de présentation à l’examen : 80%
  • 100% des apprenties qui se sont présentées à l’examen ont obtenu le certificat européen ECVET "Construire en terre".

Who benefits

Femmes réfugiées et/ou éloignées de l’emploi. Le programme est ouvert à 24 femmes (12 par promotion) par année.

Funding and resources

Les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) proposent un accompagnement et une activité professionnelle aux personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. Les salariés des ateliers et chantiers d’insertion (ACI) bénéficient d’une rémunération au moins égale au Smic (salaire minimum de croissance). Les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) sont conventionnés par l’État et bénéficient d’aides pour accomplir leurs missions.

About this good practice

Details

Original source
Posted by
Diane Hassig
Country Coordinator

Related content

Luxembourg: Plénière du Ronnen Desch

La 14e session plénière du Ronnen Desch, rencontre des acteurs du " vivre ensemble", se tiendra le 12 mars. Réunissant tous ceux qui sont et se

Table ronde multilinguisme au Luxembourg

Le multilinguisme est souvent vanté comme une caractéristique du Grand Duché, voir un avantage. Quid des côtés ombre, à savoir celles et ceux qui ne
More content